CITE SCOLAIRE INTERNATIONALE DE LYON

École élémentaire   Collège   Lycée


Deutsch English Español français italiano 日本語 polski Português 中文

Accueil du site > École élémentaire > Conseil d’école > 2008 - 2009 > Conseil d’école n°1

Conseil d’école n°1

24.11.2008
Présents : M. Fino Pascal, directeur ; Mmes Chaminade, Chastrusse, Dury, Godet, Hodson, Mantelin, Michel, Philippat, Petit, Pruvost, Sayah, Senigallia, Torvisco, Win Maung, Ms Brunel, Busaal, Kalfon, Krouk, Loscos, Vujanovic ; enseignants français ; Mmes Aristarchou Tenia, Tuppen Valérie, Bouvard Fumiko, Nakashima Minako, Piccinelli Anna, Thielmann Renée, Paredes Silvia et M. Gimenez José enseignants de sections. Mmes Fayet, Dibos, Guiral, Kashiwagi, Medina, Quinones, Croutelle, Seifert, Schaudt, M. Riquelme Navarro, Siegel, Vennin parents d’élèves élus FCPE. Mmes Bichon, Bouzigues, Labrosse, Plummer, Quarez et M. Pressiat, parents d’élèves élus PEEP. Invité : M. Chabot Excusés : M. Duret IEN/A, Mme Cornet.

Bilan de la rentrée

Equipe pédagogique
M. Duret, IEN/A a remplacé M Petinarakis comme Inspecteur en charge de l’école de la CSI.
L’école a accueilli Mlles Philippat, Sayah et Senigallia et M Loscos comme nouveaux enseignants en classes françaises et Mme Paredes, enseignante en section portugaise. Mmes Godet et Michel remplacent Mmes Bertaud et Troxler actuellement en congés maternité.

Effectifs
479 élèves inscrits à la rentrée pour 479 places.
La section espagnole notamment est complète et a dû refuser des élèves candidats qui avaient en principe le niveau pour intégrer la CSI. Au total 16 élèves n’ont pas pu entrer à l’école faute de place.
Contrairement à l’année dernière, cette année il n’y a pas eu de contestation de ces refus de parents d’élèves de candidats (ayant été refusés faute de place), ce qui est probablement dû à la faiblesse des réseaux sociaux de ces parents, qui n’ont pas tenté d’activer des « leviers » divers pour que leurs enfants soient admis. On peut néanmoins supposer que des contestations et des litiges continueront à se produire à l’avenir, comme cela a été le cas par le passé, le manque de place étant souvent un argument inacceptable pour certains parents.
Certains élèves se sont désistés ou ont déménagé depuis la rentrée : nous avons aujourd’hui 475 élèves, mais il y a déjà 8 dossiers de candidatures pour des élèves arrivant de l’étranger fin décembre (qui ont manifestement un très bon niveau en langue).

Effectifs par niveaux
4 classes de CP = 86 élèves ; 3 classes de CE1 = 77 élèves ; 4 classes de CE2 = 111 élèves
3,5 classes de CM1 = 97 élèves ; 3,5 classes de CM2 = 104 élèves A noter : compte-tenu des difficultés inhérentes à l’apprentissage de la lecture et de l’écriture dans deux langues différentes, l’équipe pédagogique a jugé préférable de « réduire » le nombre d’élèves par classes en CP par rapport aux CM1 et CM2.

Effectifs par sections
Anglais = 134 élèves ; Allemand = 85 élèves ; Espagnol = 83 élèves ; Polonais = 55 élèves ; Italien = 50 élèves Portugais = 35 élèves ; Japonais = 28 élèves ; Chinois = 5 élèves
Le projet d’une création de second pôle d’enseignement international à Lyon continue à être évoqué en « haut lieu » sans que rien ne se concrétise. L’école primaire de la CSI reste en sureffectif au quotidien : l’école était prévue pour 100 élèves de moins, ce qui implique sur-densité et promiscuité dans toutes les parties communes, des toilettes au préau, en passant par les couloirs, la BCD, le gymnase, la cantine, …
Les élèves se comportent bien compte-tenu de ces contraintes d’espaces, mais il ne faut pas minimiser les risques.
Projet d’école : Mise en place de « l’aide personnalisée »
Suite aux réorganisations mises en place par le Ministère de l’Education Nationale, l’école primaire de la CSI doit, comme toutes les écoles, mettre en place le « soutien personnalisé aux élèves », parallèlement à l’organisation des nouveaux horaires, puisque les enfants ont 2 heures de cours en moins par semaine depuis cette rentrée.
Ce nouveau dispositif officiellement destiné à lutter contre l’échec scolaire doit bien être distingué des RASED (Réseaux d’Aide et de Soutien aux Elèves en Difficultés), qui s’adressent aux enfants présentant des troubles importants des apprentissages et/ou du comportement, dépassant les compétences des professeurs des écoles et nécessitant une prise en charge spécifique avec des professionnels spécialement formés (maîtres spécialisés et psychologues scolaires). Bien que les RASED semblent voués à une diminution significative de leurs effectifs, on ne peut confondre leur action avec ce qu’est le soutien scolaire fait par les professeurs des écoles. Dans ce contexte, on notera que la CSI, comme toutes les écoles des 2ème et 7ème arrondissements, n’a plus cette année la possibilité de recourir à la psychologue scolaire. Cette dernière a quitté son poste et n’a pas été remplacée. Seule une aide très ponctuelle est possible mais aucun suivi d’élève sur la durée ne peut plus être envisagé.
A ce jour, et bien que le profil des élèves de la CSI soit plutôt moins problématique que dans d’autres écoles, marquées par un contexte socio-économique moins favorable, l’équipe pédagogique se sent démunie face à quelques enfants qui auraient besoin d’une aide spécifique.
Les enseignants doivent toujours effectuer 27 heures par semaine, mais qui s’organisent différemment, compte tenu de leur obligation de faire du soutien scolaire.
Concrètement, compte-tenu des spécificités de la CSI (transport scolaire, cours de langues, cours de FLE, sureffectifs) la mise en place de nouveaux dispositifs est extrêmement complexe. Aujourd’hui ce soutien est proposé sous deux formes :

  • pendant le temps de classe, avec un deuxième enseignant qui vient travailler avec certains élèves en particulier
  • en plus du temps de classe (séances de 45 minutes), pour des petits groupes, après ou avant le repas (seul moment disponible compte-tenu de la contrainte du transport scolaire).
    Ce soutien est proposé aux élèves selon les difficultés qu’ils rencontrent et est soumis à l’accord des parents.
    A priori ce ne seront pas toujours les mêmes élèves qui seront en soutien, mais, de fait, certains ont plus de difficultés que d’autres…. Par ailleurs, il n’est pas certain, au plan psychologique, que le soutien convienne bien aux enfants qui se sentent déjà « saturés » de français ou de mathématiques. La participation à la chorale, au yoga ou tout simplement le fait d’aller en récréation peuvent être aussi, si ce n’est davantage, bénéfique à certains enfants. On peut également s’interroger sur la bonne disponibilité intellectuelle d’un élève pendant l’après-midi lorsqu’il doit enchainer les heures d’apprentissage, avec une trop courte pause pour le repas.
    Les parents d’élèves ajoutent que ce dispositif peut induire des effets pervers en terme de stigmatisation des élèves ayant des difficultés récurrentes tout au long de l’année. L’élève qui se verra proposer un soutien en maths, en français et ce, plusieurs fois dans l’année, sera amené à « rater » des activités qu’il a pu choisir en début d’année (ce qui peut entraîner déception et frustration et être vécu comme une punition) et il peut être stigmatisé par rapport aux élèves qui vont peu ou pas en soutien. Ce nouvel outil peut-être utile, mais peut également être discriminant et lourd à vivre pour les enfants. Enfin, la suppression de deux heures de cours, rend encore plus difficile la réalisation du programme à la CSI, où 6 heures sont déjà consacrées à la langue. Sans parler de la réduction du temps consacré aux matières d’éveil. A long terme on peut se demander si cette organisation n’aura pas un impact sur le nombre d’heures de langues qui devra peut-être être réduit pour que le programme français puisse être réalisé.
    L’organisation mise en place depuis la rentrée sera évaluée par l’équipe pédagogique à la fin du trimestre, à la suite de quoi, des modifications seront éventuellement envisagées. Ce bilan sera effectué à l’aune de la question essentielle : cette forme de soutien est-elle pertinente et utile pour les élèves ?

Les projets pédagogiques 2008-2009

En classe françaises :
CP-CE1 : Ecole et cinéma, 1er film : courts-métrages, CM1 : Ecole et Cinéma, 1er film : « Zéro de conduite »
CE2 Théâtre : 2 pièces et CM2 : 3 pièces au Théâtre de la Renaissance, 1er spectacle : La boîte à joujoux
CE2 : visite du planétarium dans le cadre de la semaine de la science (astronomie cette année)
Tous les niveaux (sauf CM2) iront à l’auditorium :
CP : Orgue, CE1- CM1 : musique baroque, CE2 : projet global autour de l’Inde / Spectacle de danse traditionnelle indienne.

Sections langues :
une semaine banalisée du 11 au 16 mai

  • Les CM2 germanophones iront à Berlin et ont un projet théâtre avec une comédienne allemande (besoin de soutien financier)
  • Anglais : un voyage
  • Polonais : sortie culturelle à Lyon et participation à un concours de récitation et de poésie au consulat
  • Italien : Sortie théâtre pour les CE2, CM1, CM2 et fête de l’Epiphanie en janvier
  • Espagnol : exposition de peinture dans la « rue » de la CSI (collège/lycée) et fête des Rois mages en janvier

Conseil des élèves
2 élus par classes de cycle 3 : 1 titulaire et 1 suppléant. Travail sur le rôle de représentant des élèves. Participation au forum citoyen qui se tiendra à l’hôtel de ville de Lyon, ou 80 enfants d’écoles différentes seront présents. Très bons retours des élèves de la CSI qui sont impliqués.

Projet pour les CM2
Parlement des enfants : un enfant remplace le député de notre circonscription (classe de M. Krouk). Si la classe est retenue les autres élèves seront impliqués, notamment par la visite de l’Assemblée nationale, à Paris.

Projet interculturel pour tous les niveaux et toutes les sections
Projet en arts plastiques : réalisation de fresques pour décorer les murs de l’école. Une artiste spécialiste des fresques, qui a déjà travaillé avec plusieurs écoles primaires accompagnera ce projet : Mme Martine Burianne. Il s’agira, à partir des dessins des enfants, de sélectionner certains dessins puis de les reproduire en grand format. Pour des raisons de respect de la propriété intellectuelle des architectes qui ont conçu le bâtiment (on ne peut pas altérer de manière définitive le bâti) et pour éviter tout phénomène de lassitude au bout de quelques années, ce nouveau décor sera réalisé sur de grandes toiles, amovibles, qui pourront être suspendues et « dépendues ». Les parents d’élèves seront sollicités pour l’aspect technique. Il y aura sans doute une inauguration.

Coopérative scolaire

Pour l’exercice 2007/2008, les dépenses étaient de 58 706,23 € pour 58 758,55 € de recettes soit un bénéfice de 52,32 € mais finalement avec la facture des photos, reçue seulement en septembre, le déficit est d’environ 3 000 euros. Mais la caisse n’est pas vide ! (20 000 € en début d’année). Elle est alimentée par la ville de Lyon, la participation des familles et les différentes actions qui peuvent être conduites (dont la kermesse).
Résultats de la kermesse de juin 2008 : un bénéfice de 4645,79 euros. A noter le fait que la kermesse n’ait pas eu lieu en même temps que les spectacles a permis que les stands fonctionnent bien et soient plus « rentables » que les années précédentes.
L’équipe pédagogique ainsi que les parents d’élèves remercient Madame Agnès Arienti pour l’énergie et l’enthousiasme déployés pendant plusieurs années pour l’organisation de la kermesse. C’est Mme Béatrice Gillet qui reprend cette année le flambeau.

Règlement intérieur

Sans changement, adopté à l’unanimité
Ouverture d’une section de langue chinoise
Fin juin, M.Javaudin, Inspecteur d’Académie (maintenant remplacé par M Aubry) avait bien compris la difficulté à mettre en place une section chinoise, dans des conditions spécifiques. Depuis la rentrée les difficultés sont nombreuses : le niveau des enfants est totalement hétérogène (5 élèves dont des bilingues, et des « débutants complets »…), l’enseignant chinois n’est toujours pas arrivé : un professeur de lycée français assure « l’intérim » dans la plus totale incertitude, le nombre d’heures attribuées n’est que de 3h au lieu de 6h pour les autres sections.
Les parents d’élèves de la section ont écrit à M. l’Inspecteur d’Académie pour obtenir 6h d’enseignement du chinois. Dans sa réponse celui-ci montre qu’il attache toute l’importance nécessaire au dossier et cherche à voir avec le Rectorat si cela est possible. L’absence du professeur nommé par la Chine freine une prise de décision définitive.

Questions diverses

Pont de l’Ascension

Proposition d’envoi d’une demande à M. l’inspecteur d’Académie pour obtenir le Pont de l’Ascension. Adoptée à l’unanimité

Parking

  • Le parking LPA est ouvert depuis deux semaines
  • le parc de Gerland va s’agrandir en supprimant des places de stationnement et une rue sera ouverte
  • l’îlot de la Chancellerie appartient à l’état qui va construire dessus des laboratoires pour l’université Lyon 1. Les travaux vont bientôt commencer.
  • le dépose-minute devant l’école n’est pas adapté pour la sortie de l’école : beaucoup d’élèves ne sortent en même temps. Ces contraintes vont peser gravement sur les parents et la sécurité des enfants… Différentes possibilités sont envisagées dont une rencontre avec les dirigeants de LPA pour négocier des « minutes gratuites »…

Transports scolaires

  • Enormes problèmes avec la ligne 101 de Véolia : retards répétés, vitesse trop élevée, non-passage à certains arrêts ce qui a mis des enfants en situation de danger, difficultés à joindre le chauffeur sur son portable, comportement problématique du chauffeur…
  • problèmes de sécurité avec le car qui emmène les enfants à la piscine : ceintures de sécurité qui dysfonctionnent, etc…
    La direction de Véolia a été alertée mais ne fait rien. Les parents d’élèves proposent de rencontrer le Conseil Général qui a passé le contrat avec Véolia. M. Fino, de son côté, va directement régler le problème du car qui se rend à la piscine, puisque ce transport se fait dans le cadre des enseignements et des heures de cours et qu’il dépend donc de l’école. D’une manière générale, les parents d’élèves déplorent les conditions dans lesquelles les enfants sont transportés, notamment en ce qui concerne les lignes qui sont dans l’agglomération (TCL = bus « normaux », pas de sièges pour tous les élèves, …)

Câblage de l’école primaire

Le collège et le lycée seront câblés en 2009. Le projet initial prévoyait également le câblage de l’école élémentaire. Pour le moment la Ville de Lyon ne souhaite pas financer cette opération, arguant qu’elle ne le fait pas pour les autres écoles. Précisons que comme toutes les autres écoles de Lyon, et malgré ses 479 élèves, l’école primaire possède en tout et pour tout 15 postes informatiques connectés à internet.
Un courrier sera adressé à M. Fournel, Maire-Adjoint aux Affaires scolaires de la Ville de Lyon, afin de rappeler les particularités et besoins spécifiques de notre école.

Cantine

  • Le bio n’est pas proposé, car nous ne dépendons pas de la Ville de Lyon pour la restauration scolaire
  • Des parents d’élèves ont rencontré la société Avenance, car ils souhaitaient des informations sur la baisse de la qualité et la hausse des tarifs. Concernant la qualité, pas d’éclaircissements. Concernant les tarifs, un manque de transparence et de cohérence peut être ressenti par les parents mais il est en grande partie dû aux différences entre établissements (école, collège, lycée) qui ne dépendent pas des mêmes collectivités territoriales (Mairie, Conseil Général, Région)
    Les parents d’élèves souhaitent avoir accès au cahier des charges complet, qui s’impose à Avenance concernant la CSI et ce afin de mieux préparer la prochaine consultation qui aura lieu lors du prochain appel d’offre pour le contrat de la restauration scolaire de la CSI. Comme il s’agit d’un marché public, la transparence et l’accessibilité à ces documents sont demandées. Pour le moment il reste à savoir qui, de la CSI ou de la Région, lancera l’appel d’offres.
  • La mise en place d’une commission paritaire concernant la restauration scolaire, pour améliorer la qualité des repas proposés aux enfants a été demandée.

Notes prises par Mme Médina, FCPE
Rédigé à Lyon le 28 novembre 2008

Le Directeur
M. Pascal Fino